Livre Les filles de Kinsale de Angéline Michel
Lecture

Livre « Les filles de Kinsale »

« Les filles de Kinsale » est le livre que j’ai dévoré à l’occasion de nos dernières vacances. Angélique Michel nous raconte l’histoire d’une niçoise, Solange, qui semble tout avoir pour être heureuse. « Tu as vingt-neuf ans, ta propre boutique et un petit ami très sexy. » Et pourtant…

Au fur et à mesure du roman, on apprend à la connaître mais également Ava et Evin, deux jeunes filles qu’elle rencontrera et qui deviendront ses amies. Les chapitres sont courts et s’enchaînent vite, on a envie d’en savoir plus sur le destin lié des trois protagonistes. Il est écrit sur la quatrième de couverture que les personnages sont « attachants, plein d’humours et de tendresse« , je ne saurai dire mieux.

Pour son histoire, l’auteur nous emmène en Irlande, à Kinsale, un charmant petit village du comté de Cork. Les lieux ne sont pas sans me rappeler mes escapades dans ce pays, l’un des premiers où j’ai eu l’occasion d’aller. Le confinement, la couture, l’envie d’aller de l’avant, le goût des choses simples… Je me suis, d’une certaine manière, identifiée aux personnages et j’ai apprécié la lecture.

Le voyage à Kinsale m’a beaucoup plu, encore un grand merci à Angéline Michel pour ce roman dédicacé. J’ai hâte de découvrir les autres ! 😉

Extraits du livre

« C’est agréable de prendre son temps et d’oublier ses tracas. D’être cette femme simple, qui profite d’instants paisibles avec son amoureux. »

« Lui a le cœur léger. Il ne s’inquiète jamais de rien, et profite simplement du moment présent. »

« Je veux vivre pleinement, avoir une famille nombreuse dont je profiterai, une maison pleine de bazar, (…) J’aimerais organiser des barbecues entre amis, aller au cinéma, ne plus voir de planning affiché sur le frigo. Je rêve de spontanéité, d’authenticité et d’émotions, (…) Je voudrais être actrice de ma vie… »

« La simplicité de ce que je découvre m’apaise : une jolie maison, un jardin verdoyant et le silence. L’espace, la nature… il ne m’en fallait pas plus pour renouer avec moi-même. »

« La France est confinée pendant quinze jours, je n’en reviens pas ! Une part de moi a l’impression de vivre un événement historique, comme s’il s’agissait d’une guerre. »

« Partout où je pose les yeux, je ne perçois que douceur et joie de vivre. »

« Les deux amies marchent, complices, bras dessus, bras dessous en chahutant. Je ne suis pas beaucoup plus vieilles qu’elles, mais mes vingt ans me semblent si loin… Le temps de l’insouciance, des sorties entre copines et des premières vacances sans les parents me manque parfois. Si j’avais la chance de repartir de zéro, d’avoir de nouveau vingt ans, ferais-je les mêmes choix ? »

« (…) elle aime les gens, les voyages et la diversité. Ce n’est pas le genre de personne à se poser beaucoup de questions sur l’avenir. Elle se laisse simplement porter, profitant du moment présent. »

« (…) j’ai toujours fui la solitude. Ici, pourtant, j’ai la sensation de pouvoir enfin m’écouter et me retrouver, d’être en phase avec la femme que je suis. Je savoure pleinement cette parenthèse (…) »

« (…) je ne m’étais pas encore rendu compte que le printemps s’était installé. C’est ma saison préférée, celle de la renaissance. J’aime voir les arbres bourgeonner, profiter des jours qui rallongent (…) »

« Les soirées jeux de société et grands classiques du cinéma ne sont pas si insurmontables qu’il n’y paraît (…) »

« Si j’ai repris goût à la vie, c’est grâce à toi, (…) »

« Une maison à la campagne serait plus commode pour éduquer un enfant, d’autant que je me sens plus à mon aise dans cet environnement qu’en pleine ville. Blake et moi prenons le temps de vivre à notre rythme, de nous balader et de profiter du jardin. »

« Nous ne sommes pas riches mais nous nous sentons libres et épanouies, menant de front nos vies de femmes, de mères et nos carrières avec la flexibilité que nous n’aurions probablement pas en tant que salariées. Je sais à présent que le succès n’a rien de financier. Il consiste simplement à aimer ce que l’on fait, et la personne que l’on est. »

Vous aussi, envolez-vous pour Kinsale et retrouvez mes autres lectures en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.