Livre le cahier hygge pour les nuls d e Marion MacGuinness.
Lecture

Livre « Le cahier Hygge pour les nuls »

« Être heureux est une quête universelle. » Voilà une belle entrée en matière pour ce livre expliquant la notion du hygge, cet art de vivre de la culture danoise. Une lecture plus qu’appropriée en cette période de confinement car être positif, se sentir bien et serein tout au long de ces semaines chez soi est primordial. De part ma personnalité, j’adore le concept du hygge (et donc ce livre), considéré comme « la clé du bonheur quotidien ». Une vraie philosophie de vie, du bonheur au quotidien ! L’auteur, Marion MacGuinness, nous développe l’importance de « profiter de l’instant présent, de prendre le temps de vivre et de s’enthousiasmer du quotidien ». Elle nous parle des indispensables pour un moment hygge, des qualités à développer, de nos sens, de la maison, du travail, de la cuisine ou encore des relations sociales. J’ai offert ce livre à ma belle-sœur qui me l’a ensuite prêté. Étant confinée, j’ai pris le temps de le relire en partie pour en extraire les meilleurs extraits. Présenté sous forme d’un cahier illustré avec humour, la lecture est très agréable.

Extraits du livre (à lire en mode hygge bien sûr)

« « Le matériel prend le pas sur l’humain », et c’est ce qui nuit au bonheur collectif et individuel. »

« En anglais, il y a une expression pour dire « voir la vie en rose » : to see life throught pink glasses, c’est-à-dire « voir la vie à travers des lunettes roses ». Cette idée de lunettes est absolument parfaite pour tenter de comprendre ce concept de hygge. »

« Imaginez un filtre qui permet de voir tous les petits bonheurs du quotidien, de se réjouir et se contenter des choses simples et authentiques, de supporter les moments difficiles parce qu’on sait qu’après la pluie vient le beau temps (…) : c’est cela le hygge. »

« Le hygge est une excellente thérapie pour retrouver son équilibre intérieur, en découvrant par soi-même ce qui nous rend heureux, ce dont nous avons besoin pour nous épanouir… et en nous laissant le temps pour y parvenir. »

« Le toucher : le bonheur au bout des doigts. La douceur d’un plaid remonté jusqu’au cou, un bain juste à la bonne température, plonger ses doigts dans le bol de petits pois écossés, laisser filer le sable entre ses doigts à la place, sentir le vent d’automne piquer ses joues… »

« La vue : s’émerveiller des détails. La neige qui commence à tomber, un coucher de soleil rosé, une jolie photo de famille dans l’entrée de la maison, les premières fraises qui rougissent dans le potager, le premier « Je t’aime » écrit par son enfant sur un bout de papier… »

« L’ouïe : se laisser porter par les bruits. La pluie qui tape contre la vitre, le feu qui crépite dans la cheminée, les enfants qui rient dans le jardin, le ronron du chat sur le canapé, son conjoint qui chantonne en cuisinant, le silence feutré d’une bibliothèque… »

« L’odorat : se souvenir des belles choses. Ouvrir la porte de la maison de campagne après une longue absence, renifler le cou de son bébé au sortir de la sieste, plongez le nez dans une écharpe portée par sa moitié, la tarte aux pommes de Maman qui refroidit dans le four entrouvert »

« Le goût : savourer et croquer la vie. La première gorgée de bière un soir de canicule, laisser un morceau de chocolat noir fondre sur la langue sans le croquer, lécher la cuillère après avoir versé la pâte à gâteau dans le moule, acheter les bonbons se notre enfance pour le goûter… »

 « Faire de ce que l’on a une joie, se contenter de ce que le quotidien apporte (…) »

« En Scandinavie, on sait que « réussir professionnellement », c’est-à-dire gagner beaucoup d’argent, n’est pas synonyme de bonheur. Quand on décide de vivre sa vie côté hygge, il faut être prêt à se remettre en question et partir à la recherche de ce qui peut nous inspirer, nous plaire, nous permettre de nous épanouir – bref, nous rendre heureux. Les Danois préféreront un emploi un peu moins bien payé mais dans lequel ils se sentiront reconnus, utiles, à leur place, à l’aise. »

« On dit souvent que la cuisine est le cœur de la maison : chez moi, c’est la pièce où les enfants me cherchent en premier. Dans mes souvenirs, quand je pense à ma mère ou ma grand-mère, je les vois dans la cuisine. Quand j’organise des dîners, c’est là que se racontent les confidences, alors que les rires éclatent en fond dans le salon. La cuisine est en effet un lieu qui invite à la confiance, à la confidence, à l’intimité (…) »

« Gardez le sourire, intérieurement et extérieurement : restez ouvert d’esprit, de bonne humeur, enthousiaste, laissez couler les contrariétés. »

« (…) il est important de fabriquer sans cesse de nouveaux souvenirs et de partager de bons moments. (…) Le tourbillon de la vie peut vite éloigner les amis, et donner une impression d’isolement : faites de votre bande de potes une priorité pour votre bien-être (…) »

« Un intérieur hygge permet de rentrer chez soi avec le sourire, de sentir de bonnes vibrations. On est alors plus heureux, et ce bonheur se ressent forcément dans le couple, la façon dont on se parle, dont on se touche. (…) Le foyer est bien plus qu’un lieu où on accumule ses affaires, qu’on quitte le matin pour aller au travail, qu’on rejoint le soir pour dormir. C’est le cœur de sa famille, et le couple s’y construit. »

« Il y a de nombreux points communs entre l’éducation entre l’éducation positive et la façon d’être « parents hygge ». Cela suppose de prendre le temps d’être avec ses enfants, de vivre avec eux, de les regarder grandir, d’écouter vraiment leurs besoins, leurs aspirations, de les laisser être eux-mêmes et surtout de vivre des moments de partage, tous les jours. Au Danemark, le dîner en famille est un rituel important : pas de téléphone portable à table, pas de hiérarchie, on s’écoute, on partage, enfants et parents discutent sur un pied d’égalité. Les enfants grandissent dans cet état d’esprit qui est porteur d’implications morales et de tant de valeurs humaines. »

« En plus de partager des souvenirs et d’en fabriquer de nouveaux, il est essentiel de montrer aux gens qu’on aime… qu’on les aime. Ces petites attentions font autant de bien à celui qui offre qu’à celui qui reçoit. »

« Les meilleures choses dans la vie sont gratuites. »

Les illustrations du livre « Le cahier Hygge pour les nuls » sont signées Marygribouille et nous invitent à mettre en pratique les conseils et astuces proposés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *