Vue sur l'un des bâtiments du 9-9bis à Oignies
Europe,  Voyages

Visite flash du 9-9bis à Oignies

En août 2019, j’ai repéré sur une publication Facebook de l’office de tourisme Lens Liévin que des « visites  flash » du 9-9bis étaient proposées et cela gratuitement. Le rendez-vous était fixé à 15h du mercredi au dimanche jusqu’au 22 septembre. J’ai donc profité d’une belle après-midi ensoleillée pendant mes congés d’été pour me rendre sur place. Le 9-9bis est situé à Oignies, dans le Pas-de-Calais, région Hauts-de-France.

Mais c’est quoi le 9-9 bis, me direz-vous ? 

Il s’agit d’une ancienne mine à charbon. Elle a vu le jour dans les années 1930 et a commencé son activité en 1933. Le lieu est emblématique car c’est ici, sur le site du 9-9bis à Oignies, qu’a eu lieu la découverte du charbon dans le Pas-de-Calais en 1842. Une châtelaine, Madame Declercq, avait sollicité un architecte afin de trouver de l’eau pour alimenter les bassins de ses jardins (actuel bois des Hautois). Vous devinez la suite…

Avec ses 60 ans d’histoire, le 9-9bis fait partie des cinq sites majeurs de la mémoire minière du Nord-Pas-de-Calais. Il y a également le 11/19 à Loos-en-Gohelle, la fosse Delloye à Lewarde, la fosse Wallers à Arenberg et la Cité des Électriciens à Bruay-la-Buissière. Les bâtiments sont classés au titre de Monuments Historiques. C’est également à la fosse 9-9bis que la toute dernière gaillette de charbon du bassin minier a été remontée. C’était le 20 décembre 1990 : la fin d’une histoire. L’endroit est donc symbolique et c’est une bonne chose de l’ouvrir au public, ce qui est le cas depuis 2019. 

Le bassin minier

Nous sommes ici dans le bassin minier, inscrit depuis 2012 au patrimoine mondial de l’UNESCO, une fierté pour la région. C’est un territoire s’étendant sur 120km et marqué par près de trois siècles d’exploitation. A noter que la découverte du charbon date de 1720 dans le Nord. Celle-ci a transformé le paysage, a fait travailler des milliers de mineurs (les « gueules noires ») au péril de leur vie (les coups de grisou, explosion accidentelle de gaz) et de leur santé (silicose). Et cela jusqu’au déclin de l’activité dans les années 1960, d’autres énergies étant privilégiées. 100 000km de galeries creusées et 8 millions de tonnes de charbon remontées des puits… L’industrie minière a laissé une empreinte indélébile au niveau économique, social, écologique et culturel.

A mon arrivée sur place, je me rends au Point Info Tourisme, récemment inauguré, à l’entrée même du site. On y trouve des informations sur le bassin minier et sur les agglomérations d’Hénin Carvin et Lens Liévin. Mais aussi des sorties naturelles et culturelles ainsi que des souvenirs à acheter.  J’y ai reçu un très bon accueil et à 15h, j’ai donc suivi la médiatrice pour la visite. Elle m’a guidée pendant 45 minutes afin de découvrir l’histoire des lieux, qui fait partie donc du patrimoine de la région Nord-Pas-de-Calais. 

Visite guidée des lieux

Après une petite présentation afin de repréciser le contexte, nous avons suivi le parcours des 2200 mineurs de l’époque. Pour commencer : la salle des douches, parfois appelée « salle des pendus » en raison des habits suspendus (pour le gain de place). Il s’agit donc là des vestiaires, qui donnent accès aux douches, afin que les mineurs puissent se changer et se laver sur place.

Nous sommes passés devant d’autres bâtiments et avons aperçu le château d’eau. La guide m’a expliqué que le site est actuellement en pleine reconversion. De l’industrie on passe à la culture et du travail aux loisirs. D’anciens bâtiments ont été transformés en studios de répétition, auditorium, plateau de danse ou encore salles de réunions / séminaires (les anciennes chaufferies). Des événements y sont régulièrement organisés, cela redonne de la vie au site. 

Nous nous sommes approchés d’une construction récente : le Métaphone. C’est à la fois un instrument de musique (visible sur les parois extérieures) et une salle de spectacles qui peut accueillir 1500 personnes environ. J’y suis déjà allée pour assister à un concert de Girls in Hawaii en mars 2019. Je repère très vite le « Kong Gaillette » doré de l’artiste français Richard Orlinski. Le socle et la gaillette quant à eux ont été réalisés par l’artiste Olivier Coisne. Nous avons ensuite pris la direction des bâtiments où se situent les chevalements (appelés aussi chevalets), d’une quarantaine de mètres, là où les cages d’ascenseur descendaient dans les puits d’extractions. L’une des cages a été sortie et est donc visible au public de l’extérieur.

L’impressionnante machine d’extraction

La guide me fait entrer dans les locaux, l’occasion de découvrir « l’envers du décor » avec toujours de nombreuses explications. On peut y voir la structure des chevalets, la salle des machines, aujourd’hui bien calme ou encore les berlines, les wagonnets qui circulaient sur des rails dans les galeries de mines et qui étaient remontés à la surface via les ascenseurs. En prenant les commandes à la place du machiniste, il est possible aujourd’hui grâce au travail des anciens mineurs d’actionner la machine d’extraction. C’est une énorme machine qui permettait de faire remonter les hommes et le charbon qui étaient à près de 800 mètres sous terre : j’ai donc pu assister à la démonstration.

Je remercie l’office de tourisme et ma guide, une jeune femme très agréable qui a su rendre la visite captivante et riche en informations. Je salue également le travail de l’association ACCUSTO SECI, composée d’anciens mineurs et passionnés de la mine. Bien sûr, 45 minutes c’est très court mais cela m’a donné déjà un bon petit aperçu de l’histoire du site et cela gratuitement ! 

Comment y accéder ? 

Le 9-9bis se situe à Oignies, à environ 25 minutes de Lille, Arras, 15 minutes de Lens, Douai. Il ne faut pas hésiter à y faire un tour si vous êtes dans les parages lors de la période d’ouverture. Depuis l’autoroute A1, il faut prendre la sortie 17.1 « Plate-forme multimodale Delta 3 ». Depuis août 2019, il est d’ailleurs bien noté sur les panneaux : site minier 9-9 bis, vous ne pouvez pas vous tromper. 

L’adresse du 9-9bis : rue Alain Bashung (ex chemin du Tordoir) 62590 Oignies

Site internet : http://9-9bis.com/

Ici, à Oignies, le site est vraiment complet avec la cité-jardin, la fosse et le terril juste à côté. N’hésitez pas à enchaîner avec une petite randonnée, vous pouvez monter facilement en haut du terril en rejoignant le bois !

Vous souhaitez faire d’autres découvertes dans les Hauts-de-France ? C’est ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *