Europe,  Voyages

Une journée à Boulogne-sur-Mer

Boulogne-sur-Mer est l’une des villes les plus peuplées du Pas-de-Calais avec Calais et Arras. Elle fait partie de la région Hauts-de-France et plus précisément de la Côte d’Opale. Il s’agit d’une région côtière de plus de 100 km connue notamment pour ses grandes plages et ses superbes paysages. La ville de Boulogne-sur-Mer est située au bord de la Manche et est le premier port de pêche français. 

Étant enfant, j’ai eu plusieurs fois l’occasion d’y venir, notamment pour visiter Nausicaá (« Centre National de la Mer ») mais aussi le port à l’occasion d’une classe de mer au Portel. Le dernier week-end de juin 2020, nous sommes partis à la découverte de Boulogne-sur-Mer, labélisée « Ville d’Art et d’Histoire ». Quelques grands noms tels que celui de Jules César sont associés à son histoire. C’est là qu’il aurait établi son camp, en 55 av. J.-C, pour préparer sa flotte à conquérir la Grande Bretagne, la ville étant située face aux côtes anglaises.

Le centre-ville de Boulogne-sur-Mer

A notre arrivée, nous nous garons sur un petit parking à proximité de l’office de tourisme, rue de la Lampe. A peine descendus de la voiture, nous entendons le cri des mouettes et des goélands et pouvons admirer une première œuvre de street-art. Le ciel est bleu, le soleil bien présent, je suis ravie ! Nous prenons la direction du restaurant que nous avions repéré sur internet mais celui-ci était malheureusement fermé. Nous mangeons donc chez l’un de ses voisins, au niveau de la place Dalton où se trouve l’église Saint-Nicolas. Cette dernière est le plus ancien édifice religieux de la ville et est inscrite au titre des monuments historiques. J’ai trouvé la place très agréable et propice pour s’arrêter manger ou boire un verre en terrasse. C’est aussi là qu’a lieu le marché le mercredi et samedi matin.

Le street-art à Boulogne-sur-Mer

Après une rapide marche digestive du côté de la rue Thiers puis de la Marina, nous rejoignons le bureau d’information touristique situé au 30 rue de la Lampe afin de récupérer le parcours de street-art et un plan des lieux. En plus bien sûr de visiter la ville, le but principal de notre venue était de découvrir les œuvres d’art réalisées sur les murs, les pignons de maisons mais aussi les coffrets électriques par des artistes de différentes nationalités. C’est un musée à ciel ouvert que nous offre la ville de Boulogne-sur-Mer depuis 2016 grâce à son festival « Parcours d’Art urbain – Street art ». Le travail des différents artistes nous a vraiment beaucoup plu ! Cela donne un autre visage à la ville et ça vaut le détour !

Nous passons donc une bonne partie de l’après-midi à suivre le parcours, à notre rythme et au gré de nos envies. Nous sommes alors dans la Basse-Ville qui comprend le centre-ville et les quartiers proches du port et de la plage. Sur la place Victor Planchon, vous découvrirez deux statues en bronze réalisées par Sylvie Koechlin, sculptrice installée à Boulogne. Vous reconnaitrez bien sûr Marilyn Monroe d’un côté et de l’autre, j’apprendrais plus tard qu’il s’agit de Victor Planchon. Pour la petite histoire, il s’agit d’un chimiste boulonnais qui fonde en fonde en 1887 la société de l’Union photographique de Boulogne. Beaucoup moins connu que les « frères Lumière », c’est pourtant lui qui a inventé la première pellicule cinématographique. Celle-ci a permis à Auguste et Louis d’avoir un support souple pour tourner et projeter leur film.

Le passé de Boulogne-sur-Mer

Ce n’est pas la partie de la ville que j’ai préféré mais il faut savoir que Boulogne-sur-Mer a été détruite à 85% lors de la Seconde Guerre Mondiale avec notamment de nombreux bombardements aériens. Sans cela, Boulogne-sur-Mer aurait sûrement été aujourd’hui une référence en terme d’architecture Belle Époque.

Au XIXème siècle, la ville était l’une des premières stations touristiques et balnéaires françaises. Pendant une cinquantaine d’années, elle a eu le monopôle grâce à ses différents atouts : la proximité de l’Angleterre, les paysages, la vogue nouvelle des bains de mer ainsi que le dynamisme commercial de la ville. Il y a eu un essor culturel et artistique dans les années 1850-1880, la ville attirait du monde, notamment nos voisins anglais. 

En haut de la rue des Pipots, qui regroupe pas moins de 6 œuvres de street-art, nous sommes proches de la vieille-ville dite aussi Haute-Ville. Nous en profitons pour aller la visiter, ça grimpe pour y accéder !

La ville fortifiée de Boulogne-sur-Mer

Elle se situe à environ 60 mètres d’altitude et est entourée de remparts du XIIIème siècle qui abritent un très beau patrimoine. Nous entrons dans la ville fortifiée par l’une des quatre portes : la porte des Dunes, donnant sur la Grande Rue.

Nous avons sur notre droite l’ancien couvent des Annonciades, construit au XVIIème siècle, qui accueille depuis 1975 la bibliothèque. Sur notre gauche, c’est le Tribunal de Grande Instance de Boulogne-sur-Mer qui domine la place de la Résistance. Le bâtiment de style néoclassique a été construit en 1852 et possède une très belle façade.

Le beffroi, l’hôtel de ville et le jardin éphémère

De là, nous nous approchons du beffroi de Boulogne-sur-Mer, haut de 37 mètres. Il est en fait l’ancien donjon d’un château comtal et date du XIIème siècle. Il est inscrit au titre des monuments historiques et au patrimoine mondial de l’UNESCO. En effet, après les « Beffrois de Flandre et de Wallonie » inscrits en 1999, ce sont 23 beffrois de la région Hauts-de-France qui ont été ajoutés le 15 juillet 2005. 

Attenant au beffroi, se trouve l’hôtel de ville, dont la partie la plus ancienne date de 1734 comme nous pouvons le lire sur la façade du bâtiment. Il se situe sur la place Godefroy de Bouillon, au cœur de la ville fortifiée.  

C’est là que se trouve également un hôtel particulier construit en 1977, l’hôtel Desandrouin, aujourd’hui classé monument historique. On le nomme « le palais impérial » car l’empereur Napoléon Bonaparte y séjourna.

De fin juin à la mi-octobre, la place est recouverte d’un superbe jardin éphémère avec un thème nouveau chaque année. Les fleurs et la décoration rendent l’endroit magnifique et très coloré avec de nombreuses espèces végétales.

Nous avons profité de ce cadre pour faire une petite pause sur un des bancs avant de continuer à découvrir les environs. Nous nous sommes ensuite dirigés vers la rue de Lille qui est en partie piétonne et très agréable. 

La basilique Notre-Dame et sa crypte

Nous approchons de la basilique Notre-Dame-de-l’Immaculée-Conception, Notre-Dame pour faire plus simple. Elle domine la ville avec ses 100 mètres de haut. Située en plein cœur de la ville fortifiée, elle-même en hauteur, nous l’avions tout de suite repérée lors de notre arrivée en voiture à Boulogne-sur-Mer. Elle est plutôt récente, elle date du XIXème siècle. Elle a en fait été construite sur les ruines d’une ancienne église médiévale devenue cathédrale puis détruite en 1798. Classée au titre des monuments historiques, elle est un lieu de tourisme important de la ville avec son dôme et sa crypte sur laquelle elle repose.

La crypte de Boulogne-sur-Mer a été découverte lors des travaux de reconstruction, elle a été récemment restaurée et se visite. Elle s’étend sur toute la superficie de la basilique. C’est l’une des plus grandes de France avec ses 12 salles et ses 1400m² ! En plus de son architecture, elle abrite de très belles collections, des peintures murales, des ruines de l’ancienne cathédrale ainsi que des traces romaines.

Pour notre part, nous n’avons visité cette fois uniquement l’intérieur de la basilique. Elle possède de beaux volumes ainsi qu’un grand orgue et de majestueuses colonnes. Nous n’avons malheureusement pas eu accès au dôme (ou pas vu ?), que j’imaginais magnifique comme le sont ceux que j’ai pu voir jusqu’à maintenant. 

Le château-musée

On se dirige ensuite vers le château comtal. C’est un ancien château fort construit au début du XIIIème siècle sur les fortifications de l’ancien camp militaire romain. Il est très bien conservé. Le château, avec les remparts, forme l’un des derniers ensembles architecturaux médiévaux de ville fortifiée encore intacts en France. Un beau patrimoine donc !

Il a traversé les époques, il est aujourd’hui et depuis 1988 un musée. Une fois passée l’entrée, qui a perdu son pont-levis, on arrive dans la cour intérieure du château.

En s’éloignant un peu on a une superbe vue sur le château, ses douves et la basilique en arrière-plan. Pour terminer, nous empruntons la promenade des remparts. Celle-ci est bien aménagée et permet d’avoir différentes vues en hauteur sur la ville et ses alentours, au calme. Les remparts de Boulogne-sur-Mer seraient les mieux conservés au nord de la France. 

Retour dans le centre et fin du parcours street-art

Nous quittons la ville fortifiée et continuons notre balade pour découvrir les autres fresques de street-art que nous invite à découvrir le plan. Nous passons par la rue de la Barrière St Michel, par l’impasse Lacour pour y voir deux belles œuvres de l’artiste Eduardo Kobra. Puis par la place de Picardie, la rue des Carreaux, la rue Faidherbe ou encore la rue Saint-Louis. De là, on monte vers la rue du Camp de Droite. 

Le temps étant passé vite, nous décidons de découvrir les trois dernières œuvres en prenant la voiture. En effet, celles-ci sont situées en dehors du centre-ville de Boulogne. L’une d’elle est sur le boulevard Saint Beuve, qui longe la plage. Nous n’avons pas pris le temps de profiter du bord de mer mais n’hésitez pas à vous promener du côté du port de Boulogne. Rejoignez ensuite la grande plage de sable blanc pour prendre un bon bol d’air frais !

Mes impressions

Boulogne-sur-Mer est riche de 2000 ans d’histoire et est une ville aux multiples facettes. Avec son port de pêche, sa plage, sa ville fortifiée, ses remparts, son château-musée, son beffroi, sa basilique et sa crypte mais aussi son parcours street-art. Il y en a pour tous les goûts ! La ville se visite facilement à pied et les parkings y sont nombreux.

J’ai beaucoup aimé la vieille-ville, bourrée de charme, et les œuvres de street-art qui méritent le détour. Le parcours proposé nous a permis de découvrir de nombreux artistes. Il est parfois difficile dans une ville de localiser les différentes fresques et œuvres de street-art. La ville de Boulogne-sur-Mer nous permet de profiter pleinement de cet art en plein air. On peut aller sur leur site internet ou récupérer le plan disponible au bureau d’information touristique de profiter pleinement de ce musée à ciel ouvert alors : MERCI !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *