Panière de lingettes démaquillantes.
Consommation

Réalisation de disques démaquillants

La création de disques démaquillants fut l’un des premiers gestes que j’ai voulu adopter dans une démarche « zéro déchet ». Ils font partie des indispensables à avoir dans sa salle de bain pour limiter ses déchets. Avez-vous déjà compté combien de disques vous utilisez et donc jetez par semaine ? Combien cela représente par mois et à l’année ? J’ai depuis octobre 2015 totalement stoppé l’achat de disques démaquillants en magasin. Outre le côté « zéro déchet », il faut aussi prendre en compte le côté écologique. On sait que la production de coton est très consommatrice en eau et nécessite des pesticides, pour certains très dangereux. Sans parler de son blanchiment…

Vous trouverez votre bonheur dans le commerce et notamment dans les épiceries vrac ou via des créatrices. Pour ma part, j’ai craqué fin 2019 sur une panière en tissu et ses 10 lingettes aux « puces des couturières » organisées dans mon village. Je ne m’en suis pas encore servie mais c’était le 1er essai d’une couturière d’un certain âge. J’ai trouvé ça top car le choix des tissus étaient à mon goût et le prix SUPER attractif. Là encore, il existe de nombreux tutoriels sur internet pour les réaliser soi-même comme celui-ci par Julien du site Couture Enfant. Ce qui vous laisse le choix des tissus : des coloris et de la matière.

Réalisation de mes disques démaquillants

Ma mère sachant coudre et ayant une machine, je l’ai sollicitée afin de m’aider. Un soir où j’étais chez mes parents, elle m’a montré le contenu d’un sac qu’elle avait préparé pour le Relais. Nous avons sélectionné un vêtement de bébé et une chute de vieille serviette. 100% récup donc et totalement économique : cela ne m’a rien coûté ! 

Nous avons tracé des disques uniformes dans les tissus grâce à un couvercle de pot que nous avons trouvé. Nous les avons ensuite découpés avec une bonne paire de ciseaux. J’ai également voulu utiliser les chutes de tissus et j’ai donc aujourd’hui une quarantaine de disques. Ma mère les a assemblés et cousu à la machine à coudre. La majorité d’entres eux sont donc bifaces avec un côté en éponge et un côté en molleton, celui-ci étant plus doux. N’hésitez pas à vous lancer vous aussi dans la fabrication de votre propre kit, cela ne demande pas grand-chose.

Mes disques sont lavables (je les lave dans un filet de lavage et je les laisse sécher à l’air libre) et donc réutilisables à vie. Je les emporte avec moi lorsque je dors ailleurs qu’à la maison et lors de mes voyages et j’en suis très contente. 

Merci Maman !

Une autre alternative zéro déchet : l’essuie-tout lavable !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.