Horloge astronomique place de la Vieille ville Prague.
Europe,  Voyages

Un grand week-end à Prague

Aujourd’hui, direction la République Tchèque au cœur de l’Europe où nous avons visité Prague, « la ville aux 100(0) clochers » ! L’architecture y est très riche, on y parle le tchèque et on paye en couronne tchèque. 100Kč correspondent à environ 3,70€. La bière y est moins chère que l’eau, c’est d’ailleurs le pays des plus gros buveurs de bière au monde.

Nous sommes partis du samedi 23 au mardi 26 mai 2015. Les deux allers-retours depuis Charleroi en Belgique nous ont coûté environ 160€ avec la compagnie Ryanair. Nous avons ensuite rejoint le centre ville en bus et métro depuis l’aéroport de Prague pour 80Kc, soit un peu moins de 3€.

1er jour à Prague

Hôtel Général et bière tchèque

Nous privilégions en général les locations chez les particuliers pour nos séjours. L’important pour nous étant surtout la localisation, la propreté du lieu et les avis positifs des internautes. Cette fois pourtant, nous avons séjourné dans un 5 étoiles (cadeau de Noël, merci mon chéri !) : l’hôtel Général. Il est situé près du métro Anděl, à environ 25 minutes à pied du pont Charles.

Lors de notre arrivée, nous avons été accueillis par un personnel très attentionné, forcément ! On nous a donné un plan en nous indiquant les lieux incontournables et on nous a offert un verre de bienvenue.

Nous avons choisi l’une des bières tchèques la plus réputée et la plus exportée : la Pilsner Urquell (Plzeňský Prazdroj en tchèque). La bière tchèque est réputée pour être de qualité et l’avantage est que son prix est vraiment bas. Les amateurs de mousse auront l’embarras du choix et pourront profiter du festival de la bière tchèque qui a lieu en mai.

En plus des nécessaires de toilettes, nous avons eu des pantoufles et un petit mot sur la table de nuit. Nous avions un lit très confortable pour bien dormir après nos journées plutôt chargées. Chaque matin, un petit déjeuner était proposé sous forme de buffet et carte, avec un choix généreux et varié. L’hébergement fut donc un plus lors de ce séjour.

Après avoir profité de notre bière et installé nos affaires, nous sommes allés à pied jusqu’au centre en longeant le fleuve et en traversant l’île Kampa.

Au fur et à mesure de nos pas, nous pouvions admirer la vue sur la ville jusqu’à rejoindre le pont Charles. Nous avons mangé au restaurant « U Malého Glena » et avons profité de la ville, de nuit, avant de rejoindre l’hôtel en passant par l’autre rive du fleuve et donc devant la « maison dansante ».

2ème jour

Staré Město (La vieille ville)

Le lendemain, nous avons visité le centre historique de Prague, avec le château, la partie la plus ancienne de la ville. Il rassemble quelques-uns des plus beaux monuments de la ville. Il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO depuis 1992. La vieille-ville est très animée et les touristes y sont donc nombreux.

On peut y voir : 

  • La maison municipale, où on annonça depuis le balcon la fondation de la Tchécoslovaquie indépendante en 1918.
  • La tour poudrière, où l’on conservait de la poudre et qui accueille désormais des expositions. 
  • La rue Celetná, l’une des plus anciennes de Prague où l’on peut voir la maison cubiste à la vierge noire.
  • L’église Notre-Dame-du-Týn qui domine la place de la Vieille-Ville avec ses clochers de 80 mètres de hauteur.
  • L’église Saint-Nicolas, de style baroque, l’une des plus visitées de la ville.
  • Le théâtre des États, qui vit se produire Mozart où il créa « Don Giovanni ».
  • La rue Karlova, qui relie la place de la Vieille-Ville au pont Charles. Elle est grouillante de vie avec ses commerces, cafés et restaurants.
  • Le Clementinum, qui abrite la bibliothèque nationale tchèque dont les photos dévoilent un lieu majestueux.
La place de la Vieille-Ville et l’ancien hôtel de ville
  • La place de la Vieille-Ville, ancien centre de la vie quotidienne et du commerce. Elle est élégante, colorée, animée et entourée de très belles maisons de différents styles architecturaux et joliment décorées. On peut y trouver « le méridien de Prague » (la ligne d’or), à l’aide duquel on mesurait le temps.
  • L’ancien hôtel de ville et la célèbre et magnifique horloge astronomique du XVème siècle. Des centaines de personnes s’y rassemblent chaque heure afin de voir défiler les 12 apôtres pendant que les quatre automates s’animent. Ils représentent la mort, la convoitise, la vanité et l’avarice. Nous y sommes arrivés un peu avant midi et avons donc rejoins la foule de personnes pour assister à ce moment.
Le pont Charles

Bâti en 1357, c’est l’une des merveilles de Prague. Il est piéton depuis 1960 et relie les deux rives de la Vltava. On y trouve trente statuts de saints dont l’une se distingue par un halo d’étoiles autour de la tête. Chaque extrémité du pont est protégée par une tour. Les touristes y sont très nombreux la journée… Il faut si possible éviter les périodes de trop forte affluence ou s’y promener dès l’aube ou aux heures tardives sous le ciel étoilé. Les musiciens de rue et les artistes contribuent à l’atmosphère du lieu, nous avons pris plaisir à les observer. 

Josefov (Le quartier juif)

Nous avons continué notre balade en nous dirigeant vers le quartier juif. La communauté juive de Prague fut l’une des plus importantes d’Europe. L’ancien quartier juif n’existe plus à proprement parler. Il y a beaucoup de bâtiments modernes et de magasins luxueux. On peut toutefois y voir, de son histoire riche et mouvementée, des synagogues, le vieux cimetière…

  • Le musée juif de Prague est consacré à l’histoire et aux traditions juives. On y trouve de riches collections qui sont présentes dans différents sites du quartier et accessibles avec un billet d’entrée unique.
  • Les synagogues Vieille-Nouvelle (de style gothique, considérée comme la plus ancienne synagogue « active » d’Europe), Klaus (qui était la plus grande synagogue du ghetto juif), Pinkas (lieu de commémoration des victimes de l’Holocauste), Maïsel
  • Le vieux cimetière juif, qui existe depuis le XVème siècle (la plus vieille tombe date de 1439). C’est l’un des plus anciens d’Europe. On y trouve environ 12 000 pierres tombales de différentes époques. Il y a parfois plusieurs couches de tombeaux, dans un espace très limité.
  • La statue en bronze de Franz Kafka (un homme sur les épaules d’un costume vide), écrivain praguois.
  • La rue de Paris (Pařížská) : c’est l’avenue chic de Prague qui va de la place de la Vieille-Ville à la Vltava en traversant le quartier juif. On y trouve de prestigieux bâtiments et de nombreux commerces de luxe.

Nous avons quitté le quartier afin de manger dans un petit restaurant ressemblant à une vieille taverne. Puis avons rejoins le pont Charles, refait un tour par la place de la Vieille-Ville avant de nous diriger vers la « nouvelle-ville ».

Nové Město (La nouvelle ville)

La nouvelle ville de Prague n’est pas si nouvelle que cela puisqu’elle a été fondée il y a 700 ans à l’initiative de Charles IV, roi de Bohême et futur empereur germanique. C’est aussi lui qui a fait édifier le pont Charles et la cathédrale Saint-Guy. 

On y trouve une grande concentration de boutiques, cafés, hôtels… Mais aussi le musée national, le théâtre national (somptueux bâtiment dont le toit rappelle les paquebots de luxe), la place Charles…

  • La place Venceslas, considérée parfois comme les Champs-Elysées de Prague. Elle est le cœur de la nouvelle ville, une des places principales de Prague. Elle est dédiée au duc Venceslas Ier de Bohême, le saint patron de la République Tchèque. On trouve dans un des passages commerciaux (le passage Lucerna), une sculpture de l’artiste David Černý, « Horse ». Il représente Saint Venceslas, assis sur le ventre de son cheval mort et pendu par les pieds, se moquant ainsi de la révérence que certains Pragois accorde à la sculpture sur la place.
  • La « maison dansante », que nous avions vu de nuit la veille. C’est une construction originale et hors du commun qui abrite des bureaux. C’est un symbole de la modernité architecturale qui ne plaît pas à tout le monde et qui a entraîné de vives discussions. La « maison qui danse » est toutefois devenue une attraction touristique, c’est un réel contraste avec le reste de la ville. 

Nous étant rapprochés de l’hôtel, nous sommes rentrés nous reposer puis sommes ressortis pour manger. Nous avons choisi le restaurant « U Kroka » , en partant dans la direction inverse du centre de Prague.

3ème jour à Prague

Le Malà Strana (« petit côté » en tchèque)

Le jour suivant, nous avons longé le fleuve et nous sommes dirigés comme le 1er soir vers l’île Kampa. Une belle promenade au calme : de l’espace, de la verdure avec quelques belles demeures et des statues. On trouve effectivement des immenses bébés en bronze de l’artiste tchèque David Černý.

« Malà Strana » est un quartier baroque situé sur la pente qui monte vers le château. On y trouve de nombreux palais, des maisons pittoresques, des rues étroites entrecoupées de jardins…

Nous avons pu y voir : 

  • Le « pont des amoureux »
  • Le « mur Lennon », qui ne cesse de changer avec de nouveaux graffitis. Il rend hommage au membre des Beatles John Lennon depuis les années 80. Les œuvres n’y sont pas (ou plus) forcément exceptionnelles mais le lieu est devenu un symbole de paix et de liberté pour beaucoup de gens, avec un fort sens politique. En effet, les communistes y voyaient une menace et s’acharnaient à repeindre le mur. Le lieu est devenu peu à peu touristique après la « Révolution de Velours » (renversement du régime et indépendance politique de la Tchécoslovaquie).
  • Malostranské náměstí (place de Malte), assez fréquentée, où domine l’église baroque Saint-Nicolas (Mozart joua sur son orgue).
  • Les églises, les jardins, les palais…
  • La rue Nerudova, qui mène du Malà Strana au château et plus particulièrement sur le lieu de la scène du pont Charles dans le film « Mission Impossible ».

De là, nous avons rejoins le quartier du château où nous avons pu profiter de la vue en hauteur sur la ville.

Pražský hrad (Le château)

Le château de Prague domine la ville. C’est l’un des plus grands du monde, plus de 1000 ans d’histoire y imprègnent les murs. Il abrite le siège des gouvernants tchèques depuis près de 13 siècles (rois, empereurs, présidents…) et fut le théâtre de grands événements. Le quartier du château comprend une basilique, des palais, des places, des tours et des jardins. Il est parsemé de ruelles, cours, passages… 

Les lieux importants : 

  • Le jardin royal et d’autres jardins du sud
  • La résidence royale d’été
  • Les cours du château
  • L’ancien Palais royal
  • La tour poudrière Mihulka
  • La basilique Saint-Georges
  • La Cathédrale Saint-Guy est la plus grande et plus importante église du pays, sa construction commença en 1344. Mathieu d’Arras en est l’architecte jusqu’à 1352. Comme son nom l’indique, ce maître d’œuvre, sculpteur et maître-maçon est originaire… d’Arras (ma ville de ♥) !
  • La ruelle d’or (Zlatá ulička) est une petite rue pleine de maisons pittoresques et miniatures. Des alchimistes y vécurent… des artisans et artistes dont l’écrivain praguois Franz Kafka.
Fin de journée

Après la visite du quartier, nous avons mangé au restaurant « Kocar Z Vidne » avant de rejoindre la vieille-ville. Nous avons flâné dans les ruelles, rejoint le pont Charles et admiré le travail des artistes de rue. J’ai d’ailleurs acheté en souvenir une jolie aquarelle du pont à l’un d’eux.

Nous avons passé notre dernière soirée au « café Louvres ». J’y ai goûté le strudel aux pommes en dessert, spécialité pâtissière fine d’Europe centrale. Le coût moyen de nos repas dans les restaurants était, sauf pour celui-ci un peu plus cher, compris entre 387 et 485Kc soit ~14-18€… pour deux !

Lors de cette dernière journée à Prague, nous nous sommes laissés séduire par une odeur jusqu’alors inconnue… 

Le trdelník

Nous avons goûté le « trdelník », pâtisserie à l’odeur alléchante, typique d’Europe centrale que nous avons également retrouvée par la suite à Budapest. Nous avons payé 120Kč les deux soit un peu moins de 4,50€.

Il s’agit d’une pâte à base de farine travaillée et enroulée autour d’un rondin en bois que l’on cuit lentement et que l’on recouvre de sucre et de noisettes pilées. Cela donne ensuite une forme cylindrique creuse, cuite et dorée à l’extérieur, pâle et tendre à l’intérieur avec un goût délicieux, fumé, sucré et une odeur très agréable. 

Le trdelník serait originaire de Skalica, en Slovaquie. En Hongrie, on pouvait y ajouter un parfum au choix, nous avons essayé à la vanille mais j’ai préféré celui de Prague… 

Je garde de très bons souvenirs de ce séjour malgré un temps mitigé avec notamment : le pont Charles, la place de la vieille ville, l’horloge astronomique, le château, les églises, cathédrales et synagogues, le quartier juif, la place Venceslas, la maison dansante, les rues pavées et piétonnes, la Vltava (le fleuve qui traverse Prague), le mur John Lennon, les œuvres de David Cerny, les brasseries authentiques, la bière tchèque (moins cher que l’eau), les strudels et les « trdelnik ».

Et vous, avez-vous déjà visité Prague ? Quels ont été vos coups de cœur ?

Retrouvez tous mes articles sur les capitales européennes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *