Liquide vaisselle et tawashi
Consommation

Liquide vaisselle maison : simple et économique !

Nous continuons pas à pas nos changements d’habitude de consommation. Dernière avancée dans notre quotidien : la réalisation de liquide vaisselle maison afin de remplacer celui du commerce. Que l’on soit équipé ou non d’un lave-vaisselle, le liquide vaisselle reste très présent sur les éviers des cuisines et notamment le notre ! Après quelques essais, je vous propose aujourd’hui la recette que nous utilisons pour faire notre produit vaisselle. Testée et approuvée !

Les liquides vaisselle du commerce

Les marques nous vendent des liquides vaisselle toujours plus dégraissants les uns que les autres. Des « super dégraissants », ultra dégraissants même et bien sûr ils offrent aussi une maxi brillance et une « ultra-hygiène » ! Ils sont aussi souvent super parfumés et contiennent, entre autres, des conservateurs qui peuvent être irritants et allergisants, des perturbateurs endocriniens…

Au niveau du coût, en regardant sur un site drive, je constate que les prix sont compris entre 0,79 € le litre pour la marque en bas de gamme et jusqu’à 3,98 € le litre pour une marque connue.

Voici quelques exemples de composition, pour une marque d’entrée de gamme et pour deux marques plus connues :

  • « Composition : de 5 à 15 % agents de surface anioniques, moins de 5 % agents de surface amphotères, agents de surface non ioniques. Egalement : Parfums, agents de conservation (Methylisothiazolinone, Benzisothiazolinone) »
  • « Ingrédients : 5-15% Agents de Surface Anioniques, <5% Agents de Surface Non Ioniques, Parfum, Glutaral, Methyliosthiazolinone, Benzisothiazolinone, Methylchloroisothiazolinone and Methylisothiazolinone, Limonene »
  • « Ingrédients : Contient entre autres composés (règlement détergent (CE) no 648/2004) – moins de 5% agents de surface amphotères, agents de surface non-ioniques – de 5 à moins de 15% agents de surface anioniques. Contient également : Parfums, Limonene, Linalool, Agents de conservation, Methylisothiazolinone, Benzisothiazolinone. »

Autant d’ingrédients et de substances toxiques que l’on met en contact avec nos mains et que l’on retrouve dans les eaux usées…

Pourquoi faire son propre liquide vaisselle ?

Comme n’importe quel produit fait maison, l’avantage de le fabriquer soi-même est que l’on a le contrôle sur les ingrédients que l’on utilise. C’est un moyen économique et plus écologique de faire sa vaisselle. La production de déchets est également réduite. Il est tout à fait possible d’acheter les ingrédients de base en vrac, ce qui limite les emballages en plastique.

La recette ne prend pas un temps considérable à réaliser, c’est juste le temps de repos qui prend quelques heures. Je la trouve donc très simple à réaliser et efficace. La texture est assez similaire à ce que ce que vous avez l’habitude d’acheter dans le commerce et la préparation se conserve bien. Bref, ce liquide vaisselle a tout pour plaire et nous en sommes satisfaits !

Le coût de la recette
  • Eau : 0,005356 € le litre pour notre territoire en 2021 (en comptant l’abonnement, la collecte, le traitement, les taxes…), soit 0,0034814 €
  • Savon noir : 6 € le litre chez une épicerie vrac du secteur, soit environ 0,09 €
  • Savon de Marseille : 5,60 € les 600g chez Biocoop soit 0,47 €
  • Bicarbonate de soude : 2,71 € le kg en grande surface, soit environ 0,0271 €
  • Cristaux de soude : 3,76 € le kg en grande surface, soit environ 0,0376 € 

Cette recette revient donc approximativement à 0,63 €.

A l’année cela représente donc pour nous moins de 1,50 € car nous tenons plus ou moins 6 mois avec le produit vaisselle. Nous avons un lave-vaisselle que nous utilisons en moyenne une fois par semaine, nous vivons à deux et il nous arrive bien sûr de manger sur l’extérieur et partir en voyages ! 😉

A titre comparatif avec les prix du liquide vaisselle du commerce, cela représente approximativement 0,91 € le litre (avec l’évaporation de l’eau, j’obtiens plus ou moins 690 mL de liquide vaisselle).

Petite astuce : au lieu d’utiliser l’ancienne bouteille du commerce, nous nous servons désormais d’un distributeur de savon. Cela permet de mettre la quantité nécessaire de liquide et d’en utiliser moins qu’auparavant. Encore un geste tout bête mais pour lequel nous avons vu la différence en terme de consommation.

Matériel
  • Une casserole
  • Une cuillère à soupe
  • Un fouet
  • Un entonnoir
  • Un distributeur de savon (ou autre récipient de votre choix / bouteille de liquide vaisselle vide).
  • Une balance
  • Une râpe ou un économe (si le savon de Marseille n’est pas râpé)
Ingrédients
  • 650mL d’eau
  • 1 cuillère à soupe de savon noir
  • 50g de savon de Marseille à l’huile d’olive
  • 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude
  • (1 cuillère à soupe de cristaux de soude)

Le pourquoi des ingrédients 

  • Le savon noir : fabriqué à base d’huile d’olive, c’est un nettoyant naturel très efficace et multi-usages. Il remplace de nombreux produits, que ce soit pour les plantes, le potager ou la maison. Le savon noir nettoie, dégraisse, détache. Nous l’utilisons d’ailleurs pour laver notre linge depuis quelques années.
  • Le savon de Marseille : fabriqué avec un maximum de sept ingrédients, il se compose exclusivement d’huiles végétales dont l’huile d’olive. Lui aussi possède de nombreuses qualités. Il est économique de part sa longévité, respectueux de l’environnement, doux et nourrissant pour la peau, il nettoie et dégraisse. Il faut le choisir à base d’huiles végétales, sans colorant, sans parfum et sans produit de synthèse. Là encore, un produit multi-usages pour l’entretien du linge et de la maison mais aussi pour le corps, le visage, les cheveux et les mains.
  • Le bicarbonate de soude : fabriqué à partir de deux matières premières minérales d’origine naturelle, le calcaire et le sel gemme. Cette poudre blanche est biodégradable, non toxique, économique et possède de multiples vertus : désodorisant, adoucissant, anti-calcaire, fongicide, nettoyant… Il peut servir en cuisine, au jardin, en santé et aussi bien sûr pour l’entretien de la maison.
  • Les cristaux de soude : fabriqués à base de sel marin et de craie, ils permettent de nettoyer, dégraisser, désodoriser et désinfecter. Ils sont plus puissants et plus corrosifs que le bicarbonate de soude.

Personnellement je n’utilise pas d’huiles essentielles dans cette recette. Je n’en vois pas l’utilité, celle-ci n’aura pas un rôle très important pour l’efficacité du liquide vaisselle et j’apprécie l’odeur naturel du savon noir.

Réalisation

Râper le savon de Marseille si vous avez un cube de savon, c’est notre cas à la maison (c’est moins cher qu’en paillettes ou copeaux). Sinon vous pouvez passer directement à l’étape suivante.

Mettre l’eau dans une casserole et la faire chauffer jusqu’à ébullition puis couper le feu.

Ajouter l’ensemble des ingrédients et mélanger avec un fouet, ils vont alors se dissoudre dans l’eau bouillante. Vous obtenez un mélange assez foncé et très liquide, pas d’inquiétude cela va changer avec le temps.

Laisser reposer 1h30 à 2h à température ambiante, le mélange va alors épaissir pour obtenir la consistance du liquide vaisselle. La couleur foncée du mélange va également changer avec le temps de repos. Elle pourra être différente selon la couleur de votre savon de Marseille.

Verser dans votre flacon ou récipient de votre choix à l’aide d’un entonnoir.

Ne pas hésiter à secouer avant utilisation si besoin. Le mélange mousse moins que le liquide vaisselle du commerce mais ça mousse quand même un peu, juste ce qu’il faut en fait. Et puis de toute façon, ce n’est pas la mousse qui lave !

Pour faire encore plus simple ? On peut utiliser uniquement un cube de savon de Marseille ! Avec toutes ses propriétés, il peut parfaitement suffire à lui-même.

Et pour faire la vaisselle, on jette l’éponge et on utilise un tawashi, alternative écologique et durable ! Pour relire l’article, c’est ici : « Une éponge zéro déchet et durable ? C’est possible ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.