Vue sur le Parlement de Budapest depuis le quartier du château
Europe,  Voyages

Visite de Budapest en trois jours

Fin avril 2016, nous sommes partis de l’aéroport de Paris-Beauvais direction la Hongrie. C’était la 1ère étape de notre séjour composé de trois capitales européennes, situées non loin les unes des autres. Au programme : Budapest (Hongrie), Vienne (Autriche) et Bratislava (Slovaquie). L’aller-retour en avion nous est revenu à un peu plus de 120€ pour deux personnes. 

La ville de Budapest est née en 1873 par la fusion de trois anciennes villes et non seulement deux comme on le croit souvent. Il y a Buda (alors capitale de la Hongrie), Pest et Óbuda. La capitale est divisée en deux par le fleuve Danube avec sur la rive gauche Buda, la ville haute et sur la rive droite Pest, la ville basse. De très beaux ponts les relient l’une à l’autre. Chaque côté à sa propre personnalité et offre une jolie vue sur le côté opposé.

Premier jour

Le mercredi 20 avril, nous avons rejoint le centre-ville avec le bus municipal BKK n°200E. Celui-ci relie en 25 minutes l’aéroport à la station de métro Kőbánya-Kispest, terminus de la ligne bleue M3 qui dessert le centre de Pest dont Deák F. tér. Il faut prévoir un ticket pour le bus (350Ft) et un pour le métro (350Ft). Ceux-ci s’achètent dans le hall des arrivées à l’aéroport, au kiosque à journaux ou au distributeur situé à la sortie, et doivent être compostés. 

Nous sommes arrivés dans notre logement en fin d’après-midi, Október 6. utca (utca signifie rue en hongrois). Nous l’avions réservé sur le site Airbnb et cela nous a coûté 108€ pour trois nuits. Après s’être installés, nous nous sommes familiarisés avec le quartier, autour de la rue Andrássy notamment. On y découvre la très belle et imposante basilique Saint-Etienne de Pest (Szent István bazilika). C’est la plus grande église catholique de Budapest, avec sa riche architecture et son style néo-classique.

Il y a également des théâtres et cabarets, un opéra qui, à son inauguration en 1884, était le plus moderne d’Europe. Déjà avant d’entrer, en levant les yeux, nous avons un avant goût de la richesse de la décoration qui nous attend à l’intérieur. Les lustres, les sculptures, les fresques, l’escalier et l’ensemble de la décoration des lieux valent le détour. L’opéra est l’un des plus beaux édifices de Budapest !

Hummus bar

Nous avons passé notre première soirée à deux pas de notre location, au « Hummus bar » (dans notre rue). Ce fut une très bonne surprise ! Il y a un grand choix et les prix sont très abordables. Le repas nous a coûté 4000Ft (pour deux) soit moins de 13€… et c’est ce repas qui nous est revenu le plus cher à Budapest. Une adresse que je recommande, notamment à ceux qui aiment la cuisine libanaise : falafels, houmous, pain, etc. Le cadre fait un peu ambiance fast-food mais nous avons apprécié. 

Deuxième jour
Le quartier de Buda, la rive droite du Danube

Le lendemain, nous avons traversé le pont des Chaînes (Széchenyi lánchíd) pour visiter l’autre côté du Danube. Le pont est un emblème de Budapest, c’est le premier à avoir été construit pour relier les deux rives. Les travaux débutèrent en 1839 et se terminèrent en 1849. Détruit pendant la seconde guerre mondiale, il a ensuite été reconstruit pour son centenaire. À chaque extrémité, deux énormes lions en pierre gardent l’entrée du pont. Celui-ci est très prestigieux, imposant et est doté d’une très belle architecture. On peut y marcher sans problème et en toute sécurité. Il faut le voir de jour comme de nuit ! 

Une fois arrivés sur l’autre rive, nous longeons le bord du fleuve. Nous passons devant le temple calviniste de Szilágyi Dezső tér, une église calviniste puis nous découvrons l’église paroissiale Sainte-Anne de Felsővíziváros. Cette église catholique est considérée comme l’un des plus beaux bâtiment de style baroques de Budapest. Nous arrivons ensuite face au magnifique Parlement de Budapest que nous prenons le temps d’admirer.

De là, nous revenons sur nos pas et nous prenons de la hauteur en rejoignant Várnegyed, le quartier du château avec ses maisons colorées, à soixante mètres au-dessus du Danube. Nous prenons le chemin Hunyadi János, montons les escaliers et découvrons la très belle église Matthias, le bastion des pêcheurs, la place de la Trinité et sa colonne ainsi que la statue du roi Etienne à cheval. Pas loin, on trouve la rue des Seigneurs (Úri utca). Il s’agit de la plus longue et la plus ancienne rue du quartier du château, où résidaient des nobles et riches drapiers.

L’église Matthias et le Bastion des Pêcheurs

L’église Matthias (Mátyás-templom) est aussi appelée église Notre-Dame-de-l’Assomption de Budavár. Elle a été reconstruite à différentes reprises et possède une riche histoire. Nous ne sommes pas entrés à l’intérieur mais j’ai beaucoup apprécié le clocher noir, les toits recouverts de tuiles vernissées multicolores, la Tour Mátyás, haute de 60 mètres et l’architecture de l’église, de style néo-gothique, qui semble très bien entretenue.

Le charmant Bastion des Pêcheurs (Halászbástya) date de 1902. Il offre de superbes vues panoramiques sur Pest, le Danube, le pont des Chaînes, le Parlement, la basilique… J’ai vraiment aimé ce lieu ! La promenade y est très agréable et le bastion rappelle un peu un château de contes de fée. L’édifice, de style néo-roman, est composé de sept tours. Elles seraient le symbole des sept tribus fondatrices du pays et rendraient hommage aux pêcheurs du Moyen-âge qui participaient à la défense de la ville.

Au centre se trouve une impressionnante statue équestre de Saint-Etienne, le premier roi de Hongrie. Elle est sur un énorme socle en pierre qui donne au monument une hauteur de près de 6 mètres !

La place de la Sainte Trinité se trouve à proximité, avec au centre la colonne de la Trinité ou colonne de la peste, qui commémore la fin de l’épidémie. (Nous retrouverons ce même type de colonne lors de notre passage à Vienne). À l’angle d’une rue, on peut apercevoir l’ancien hôtel de ville de Buda, dans un palais baroque du XVIIème siècle.

Le quartier du château

Nous continuons notre route en direction du château de Budapest, ou palais de Budavár. Cet imposant bâtiment trône sur le côté sud de la colline de Buda. Anciennement appelé Palais royal, c’est le château historique des rois de Hongrie. Il fut construit à partir du XIVème siècle. Il est inscrit depuis 1987 au patrimoine mondial de l’UNESCO avec les rives du Danube, le quartier du château de Buda et l’avenue Andrássy.

Nous arrivons devant la Galerie nationale hongroise, galerie d’art située dans le château de Buda. Sur la place, de beaux parterres de fleurs, à nouveau une statue équestre et la fontaine du roi Matthias, l’un des plus grands rois de Hongrie. On peut aussi observer la coupole du Palais royal.

On passe sous une arche et on se retrouve sur une belle place qui donne sur le musée historique de Budapest, la bibliothèque nationale Széchényi fondée en 1802 et le centre de documentation. Nous prenons le temps de regarder les ornements et sculptures au niveau du porche avant de revenir sur nos pas.

Nous nous dirigeons alors vers le portail du Palais royal que l’on appelle la porte de Hasbourg. On y aperçoit un turul, un grand aigle avec les ailes déployées. On passe devant le Palais Sándor, ancienne résidence officielle du Premier ministre hongrois de 1867 à 1944. Depuis 2003, c’est celle du président de la République de Hongrie. Des gardes y sont donc postés et on peut assister à la relève. On peut admirer la vue sur la promenade, le long du Palais royal et observer au loin une statue équestre (encore). Il s’agit cette fois du prince Eugène de Savoie, considéré comme l’un des plus grands généraux de son temps.

Le quartier de Pest, la rive gauche du Danube

L’heure du repas étant plus que passée, nous n’avons pas continué la promenade vers la façade du Palais royal ou vers les fortifications du château. Nous sommes redescendus, avons retraversé le pont des Chaînes et sommes retournés vers notre appartement pour manger à nouveau au « Hummus bar » (3100Ft cette fois, soit moins de 10€). Nous avons pris les plats suivants : « Shawarma main dish » et « Laffa hummus phool egg » avec une bière Pilsner Urquell. Un régal cette fois encore !

La basilique de Budapest

Après une petite pause pour nous reposer, nous sommes ressortis afin de visiter la basilique Saint-Etienne de Pest. Avec le Parlement, c’est le bâtiment le plus haut de la ville : 96 mètres. Avant même de passer la porte, il faut lever la tête vers le haut. Cela donne un avant goût de ce qui nous attend à l’intérieur… En entrant, on en prend plein les yeux avec la magnifique coupole et la très riche décoration : les statues, les colonnes, le marbre, les vitraux, les peintures mais aussi les sols.

Nous nous dirigeons ensuite vers la place de la Liberté (Szabadság tér). C’est l’une des plus vastes de la ville. Elle est entourée de gros bâtiments comme l’ancien palais de la bourse, la banque nationale hongroise, etc… On y trouve aussi le mémorial aux héros soviétiques, en premier plan sur la photo.

Le Parlement de Budapest

Après un verre en terrasse au « Farger Kft » en profitant du soleil de la fin de journée, nous sommes allés au pied du Parlement hongrois (Országház), que nous n’avions vu que depuis l’autre rive le matin. Au passage, sur les escaliers, nous tombons sur une statue représentant un homme assis avec un chapeau à la main. Vous découvrirez au fur et à mesure de votre visite de nombreuses statues en bronze disséminées dans Budapest…

Être au pied du monument est impressionnant, on se rend vraiment compte des dimensions du lieu. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 268 mètres de long, 123 mètres de large, un dôme haut de 96 mètres, 691 pièces… C’est l’un des plus grands parlements d’Europe avec près de 18 000m2 de surface ! Il est l’un des emblèmes de Budapest.

Face au Parlement, l’ancien Palais de justice abrite aujourd’hui le musée ethnographique de Budapest.

Nous revenons vers nos pas en longeant les quais et nous nous arrêtons devant « les chaussures au bord du Danube ». Il s’agit d’une œuvre de 2005, composée d’une soixantaine de paires de chaussures, sur une quarantaine de mètres. C’est en fait un mémorial dédié aux victimes juives, fusillées sur ces rives en 1944-45. Une œuvre symbolique, simple mais très émouvante.

Govinda

Le soir, nous avons mangé dans un restaurant indien végétarien : « Govinda ». Nous l’avions repéré sur notre route dans la journée mais nous avons été plutôt déçus… En sous-sol, une ambiance cantine et plateaux. De la sauce à la pomme ou au chocolat, des plats trop épicés pour moi et de l’eau à la cannelle. Les portions sont toutefois généreuses, les prix très raisonnable. 2800Ft pour nous deux, soit moins de 9€ mais il faut aimer les épices !

Avant de rentrer, nous sommes retournés au pied du Parlement pour le contempler de nuit cette fois. Nous avons pu profiter de la vue sur le pont des Chaînes et le château notamment. 

Troisième jour

Pour notre 3ème jour à Budapest, nous nous sommes dirigés vers le quartier Belváros, en flânant devant les boutiques des rues piétonnes et commerçantes. Pour les amateurs de lèche-vitrine, il y a notamment les rues Deák Ferenc utca, Váci utca… Nous marchons jusqu’à l’église paroissiale de la cité, le plus ancien sanctuaire de Pest, à proximité du pont Elisabeth. On descend les escaliers pour la voir de face, elle est très belle avec ses deux clochers symétriques.

Nous rejoignons le square Marcius 15 qui abrite différentes statues. Il donne accès aux quais, que nous décidons de longer un peu pour sortir de l’agitation du centre. On s’arrête devant « la petite princesse », statue assise sur les balustrades de la promenade du Danube. La balade offre une vue panoramique sur Buda, le Palais royal (on se rend compte de loin de la taille incroyable du château), les ponts et la colline Géllert.

Nous repérons en effet en face de nous le Mont Gellért qui domine la ville avec ses 235 mètres de haut. On y voit la statue de saint Gérard (Szent Gellért) à 145 mètres d’altitude, la statue de la Liberté (en mémoire de la libération de Budapest par les troupes soviétiques) et la Citadelle. Le midi, des stands culinaires ont retenu notre attention et nous avons mangé ce qui semblait être des spécialités locales pour 3500Ft soit environ 11€.

Nous nous sommes ensuite posés au niveau de Deák Ferenc tér, une vaste place au cœur du centre-ville de Budapest. De là, nous traversons le Erzsébet Square pour rejoindre l’appartement pour une petite pause avant de reprendre notre visite de Budapest. Sur Zrínyi utca, à proximité de la basilique, nous tombons à nouveau sur une statue en bronze. Cette fois un agent de police plutôt bien portant qui se fait apparemment souvent caresser le ventre !

Le quartier juif

Nous arrivons dans le quartier juif où, en 1944, les nazis avaient contraints la communauté juive à se regrouper entre les rues Wesselényi, Rumbach et Akácfa. On y découvre la synagogue de la Dohány utca. C’est la plus grande au monde après celle de New York et la plus grande d’Europe avec une capacité de 3500 places assises ! Elle est splendide, avec ses deux tours, ses briques dans les tons jaune et rouge et tous ses petits détails. Derrière, un « jardin du souvenir » avec un saule pleureur en acier puis dans une autre rue, une autre synagogue (rue Rumbach).

Il ne faut pas hésiter à se perdre dans les rues de l’ancien guetto. Les bâtiments y sont peu à peu réhabilités mais on constate un côté délabré qui rend le lieu authentique… Le soir par contre, il est dit très animé, on y trouve des bars de ruines ou « ruin pubs ». Il y a pas mal d’œuvres de street-art parmi les tags.

On marche ensuite jusqu’à la place Fővám pour faire un tour aux halles centrales de Budapest : un grand marché couvertqui date de 1896. Le toit du bâtiment est recouvert de très jolies céramiques colorées et à l’intérieur, on découvre la gigantesque charpente métallique.

De là, on se dirige vers le pont de la Liberté (Szabadság híd), l’un des plus beaux avec le pont des Chaînes. Il donne sur l’hôtel et la colline Gellért. Au niveau des piliers du pont métallique de 333 mètres de long, on retrouve le turul. Cet oiseau mythologique était déjà présent au château de Buda. 

Padthai wokbar

 Le soir, c’est le « Padthai wokbar »  à deux pas de notre logement qui nous a fait envie. C’est un restaurant de pad thaï où l’on peut choisir sa base, les ingrédients que l’on souhaite ajouter et les sauces. Un wok selon nos goûts, préparé devant nous. Monsieur a choisi les nouilles aux œufs avec poulet, sauce et mélange de légumes. Moi les vermicelles avec un ensemble de légumes et de la sauce. Cela nous a paru très bon et là encore, ce n’était pas cher : 3340Ft soit moins de 10 euros pour deux.

Avant de rentrer, nous nous sommes laissés tenter par un « kürtőskalács ». Il s’agit d’une pâtisserie en forme de rouleau du même genre que ce nous avions eu l’occasion de goûter à Prague. Ici, il nous a coûté 1100Ft soit environ 3,50€, un peu moins cher qu’à Prague mais aussi un peu moins bon. Et enfin, un petit détour par la basilique, à deux pas de notre logement, pour l’admirer de nuit !

La visite de Budapest, la « perle du Danube », m’a beaucoup plu. Le parlement, le pont des Chaînes, le bastion des pêcheurs, l’église Mathias, le château de Buda, la grande synagogue, la basilique Saint-Etienne de Pest, les statues en bronze… Mais aussi, pour une prochaine fois peut-être : les bains, le Sziget, le mont Gellért, l’île Marguerite, la place des héros…

Le lendemain, départ pour la 2ème capitale de notre voyage : Vienne en Autriche.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *