Europe,  Voyages

Transition, l’espace éphémère dédié au street art à Abbeville

Rien de tel pour commencer les vacances qu’une petite escapade dans les Hauts-de-France ! J’avais repéré via les réseaux sociaux la mise en place d’un espace éphémère d’art urbain à Abbeville. Comme vous le savez peut-être suite à mon article sur Boulogne-sur-Mer, nous aimons beaucoup le street art. Après des mois d’attente en raison de la Covid et du confinement, le lieu a enfin pu ouvrir ses portes au public fin mai. Le temps d’un week-end, nous sommes donc partis dans la Somme et avons découvert le lieu.

Et en un mot : WAOUH ! Notre coup de ♥ du week-end.

Le projet

Ce beau projet a été mis en place à l’initiative de Yann Colignon avec l’aide de différents partenaires. Il est le directeur de l’association « 80100 Skatepark » (basée à Abbeville) depuis de nombreuses années et connaît donc bien les cultures urbaines. Le but est de valoriser le quartier, les habitants mais aussi la ville en elle-même.

Un projet de renouvellement urbain est en cours pour le quartier Levant-Bouleaux-Platanes à Abbeville, de 2019 à 2025. C’est donc dans un immeuble de logements sociaux voué à la démolition qu’environ 80 artistes de toute la France mais aussi d’ailleurs sont venus investir les différents appartements. Ils ont habillé les murs, les portes, les plafonds et même parfois le sol de fresques remarquables.

On se dit que c’est dommage que l’endroit soit voué à disparaître mais c’est aussi ça le jeu de l’art urbain. Le bailleur social Baie de Somme Habitat a déjà dû reporter les travaux prévus dans le cadre de l’ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine). La crise sanitaire a chamboulé le calendrier mais l’ensemble des acteurs engagés ont bien voulu revoir les dates, pour le plus grand plaisir des visiteurs ! Ça aurait été vraiment bête de rater ça. Alors un grand merci !

Les informations pratiques
  • C’est où ? Au 1 rue des Tilleuls à Abbeville, petite ville d’environ 23 000 habitants aux portes de la Baie de Somme. Comme nous, n’hésitez pas à vous prévoir un week-end sur place pour découvrir les environs. Il y a de quoi faire, surtout s’il fait beau.
  • C’est quand ? Du 19 mai au 29 août, dépêchez-vous ! Les visites (libres) sont possibles du mercredi au dimanche, de 14h à 20h (dernier créneau à 18h00).
  • Combien de temps faut-il prévoir ? Entre 1h30 et 2h30, selon le temps que vous passez dans chaque pièce. Pour notre part nous sommes restons environ 2h. C’est passé super vite !
  • Combien ça coûte ? L’entrée est gratuite mais il faut réserver au préalable sur le site. Des créneaux de 6 personnes sont proposées toutes les 20 minutes. Une urne est disponible à l’accueil pour une participation libre.
L’extérieur du bâtiment

Une fois arrivés dans le quartier du Soleil Levant, nous repérons vite l’immeuble que les artistes ont également habillé sur l’extérieur. Impossible de passer sans le voir ! Étant un peu en avance, nous prenons le temps d’admirer la façade du bâtiment, dont la décoration a été confiée à Stom500, Russ, K.Yoö, Bebar, Missy, XKUZ et Goddog.

Les pignons de l’immeuble sont signés KogaOne et Mario Shue. Nous n’avons pas accès au toit mais il a lui aussi été investi, avec de la calligraphie d’un artiste parisien.

A l’intérieur, on se présente à l’accueil et on récupère notre badge qui donne accès à une entrée du bâtiment puis à l’exposition. Les cages d’escalier nous donnent un avant goût de ce qui nous attend.

Retour en images

Je vous propose ici une petite sélection des œuvres présentes dans l’enceinte du bâtiment. Le street art regorge d’artistes talentueux, en voici un petit aperçu, à Abbeville !

Une première pièce qui offre un superbe effet visuel, ça commence très fort avec l’artiste ZOYER.

Une revisite de salle de bain par l’artiste Underwill Mouque. Envie d’y prendre un bain ?

Ici, l’impressionnant crocodile de Scaf-Oner qui travaille dans les angles afin de donner un super aspect 3D à ses œuvres. Une fois fini, il aime se mettre en scène dans le décor qu’il a créé et c’est plutôt amusant.

Une collaboration toute en couleurs entre Popay et Bault.

Une fresque équine de Horor. Sans le savoir, nous avions déjà rencontré son style grâce à sa collaboration avec l’artiste Ardif que nous suivons sur les réseaux sociaux et dont nous avons quelques sérigraphies.

Les chats de Dize 156.

Haribow et son SLUURP, REVER (ODV) et Hektor. Du noir, du fluo et de la lumière noire pour cette salle de bain revisitée.

La E.doll n°58 de l’artiste Softtwix avec ce visage de femme sur fond noir. « Les E.Dolls sont des femmes libérées… Elles sont toutes belles, mais elles portent les empreintes de leur vie sur leur visage. Elles nous racontent chacune une histoire. »

Les corbeaux de K.Yoô, artiste originaire d’Abbeville qui prend plaisir à peindre des portraits d’animaux.

Nous avons découvert il y a quelques années la calligraphie grâce au travail de Tarek Benaoum et Cryptik. J’ai apprécié ici les couleurs et le travail de lettrages signé 2Flui : TRANSITION.

Dans cet appartement, une collaboration entre POES et Jo BER qui représente une procession au Temple d’Isthar, déesse de l’amour, du ciel et de la guerre.

Cette pièce est l’oeuvre de Norione et Le mec blasé.

Le plongeur par Charles Inglard qui s’est inspiré de la fresque de la « Tombe du Plongeur » (une série de peintures à l’intérieur d’une tombe datant du Vème siècle avant J-C).

C’est en se rapprochant au plus prêt que l’on découvre l’objet représenté dans cette pièce : des spraycaps. Le cap est l’embout par lequel la peinture sort de la bombe aérosol. L’artiste calaisienne Agathe Verschaffel en a recouvert toute la pièce.

Dans cette pièce sombre, deux fresques mises en valeur par l’éclairage : d’un côté, Zag avec « Freed’Hommes » et de l’autre côté un policier par Anje.

Nourf nourf, le personnage emblématique de l’artiste Pimax.

Ici, de nombreuses portes d’appartement relookées. Sur celle du milieu, le monde enfantin de Seth. A droite, Psyckoze Nolimit (graffeur depuis 1984) dont on reconnaît le petit personnage que nous avons déjà eu l’occasion de croiser à Roubaix. Pour celle de gauche, j’ignore de quel artiste il s’agit, quelqu’un connaît ?

De la photo et du collage par Etienne Racine : « Together we are destroying the planet ».

JonOne est un artiste américain qui vit en France. Lui il a carrément créé un skatepark dans un appartement !

Un très bel effet de profondeur avec ces miroirs installés au sol et au plafond. Un rendu très sympathique, par Astro.

Bref, de l’art à tous les étages… et ce n’est qu’un petit aperçu ! 😉 A la fin de l’exposition, nous nous retrouvons à l’accueil. Une petite boutique propose à la vente quelques œuvres des artistes ayant participé au projet. Il est aussi possible d’acheter le livre de l’exposition.

Notre avis

On ne regrette vraiment pas d’être venus, on en a pris plein les yeux lors de cette balade artistique, sous forme de parcours fléché. Nous avons déjà découvert des lieux voués à la création artistique lors de nos différents séjours mais un comme celui-ci jamais. On recommande à 100 % !

Une atmosphère que je n’arrive pas à décrire. De la couleur, des surprises derrière chaque porte, chaque cloison, des styles et techniques différents à chaque fois, d’une pièce à l’autre. On y découvre la diversité du street art, il y en a pour tout les goûts avec des artistes d’univers différents. Une ambiance sonore qui vient parfois accompagner les œuvres. Et puis j’imagine l’émotion des anciens habitants de voir tant de personnes se presser pour venir découvrir l’immeuble où ils ont grandi, vécu, vieilli… et d’y découvrir des œuvres aussi incroyables ! On visite ce qui a été leur salle de bain, leur salon… Mais le tout a été laissé à des artistes de talent qui y ont apporté, une dernière fois, de la vie !

Un HLM entier devenu un espace unique et hors du commun. 2500m2 à découvrir.

Une belle réussite, du grand art, BRAVO !

Et si vous souhaitez découvrir Abbeville et les environs, rendez-vous sur le site de l’office de tourisme de la Baie de Somme ou celui de la Somme. Vous y trouverez forcément de bonnes idées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *