Belvédère à Vienne
Europe,  Voyages

Visiter Vienne en deux jours

Après notre visite de Budapest en trois jours, Vienne fut la deuxième destination de notre séjour où nous avons visité trois capitales sur six jours. Vienne est connue pour avoir été la capitale des Habsbourg pendant sept siècles. Mais aussi pour son histoire riche et mouvementée, ses palais ou encore pour « Sissi », la célèbre impératrice d’Autriche et reine de Hongrie.

Samedi 23 avril 2016 à 7h du matin, nous prenons la route depuis la Hongrie direction Vienne. Cela nous a coûté 63€ pour nous deux avec la compagnie de bus Flixbus. Nous sommes arrivés vers 10h30 à l’appartement, réservé sur le site Airbnb. Nous avons payé 104€ pour les deux nuits. Exceptionnellement, nous n’avons pas loué un logement entier comme nous le faisons habituellement, les tarifs étant très élevés dans la capitale… La vie est relativement chère à Vienne et nous l’avons remarqué dès nos recherches d’hébergement. Les prix des plats n’ont rien à voir avec Budapest mais reste corrects (comparables aux prix français). Par contre il ne vaut mieux pas prendre le métro trop souvent car le ticket coûte 2,20€ l’unité ! Il faut également prévoir un bon budget si vous voulez visiter les musées. 

Vers l’opéra et la cathédrale

Après s’être rapidement installés, nous sommes partis à pied jusqu’au centre en contemplant la grandeur des bâtiments. Il y a de quoi être impressionné par les tailles et le luxe de ceux-ci. L’opéra de Vienne par exemple, est l’un des plus prestigieux opéras au monde.

Nous sommes arrivés au pied de la cathédrale que nous avons visitée. Il s’agit du plus grand édifice gothique de toute l’Autriche et l’intérieur vaut le détour. C’est d’ailleurs l’un des lieux d’intérêts les plus touristiques de la ville. Ça ne se voit pas malheureusement pas sur mes photos (le temps était pluvieux ce matin là) mais la toiture est très belle ! Les tuiles vernissées sont colorées et forment de jolis motifs, la tour sud mesure 137 mètres de haut !

Le midi nous avons mangé au restaurant « Wrenkh » (Bauernmarkt 10). Celui-ci était recommandé dans notre guide, notamment pour ses plats végétariens et ses produits de qualité. Nous avons payé 31€ pour les deux boissons et les deux plats, l’un à base de lentilles, l’autre de quinoa et chèvre.

Nous continuons notre découverte du quartier avec la rue Hoher Markt. On y aperçoit le carillon Anker, un pont qui relie les deux parties d’un bâtiment. Les personnages importants de l’histoire de Vienne s’animent en musique chaque heure. Nous passons à proximité de l’église St-Ruprecht, église aux fondations les plus anciennes de la ville.

Le « triangle des Bermudes »

Nous sommes alors à proximité du « triangle des Bermudes ». C’est le surnom donné aux trois rues de l’ancien ghetto juif : Ruprechstplatz, Rabensteig et Seitenstettengasse. C’est ici que se trouve la Grande Synagogue, construite en 1825. Elle est discrète car entourée de logements en raison de l’interdiction, à l’époque, aux lieux de culte non catholiques d’avoir une entrée directe sur la rue. Des musées juifs sont également à visiter en centre-ville : Jüdisches Museum et Judenplatz Museum.

Nous nous dirigeons vers la place Lugeck où il y a là encore un superbe bâtiment qui abrite le restaurant du même nom. Puis nous arrivons devant l’église des Jésuites, Jesuitenkirche, de style baroque.

Dans ce quartier, il ne faut pas hésiter à flâner au hasard dans les rues. Vous découvrirez de belles petites ruelles et arrière-cours, de belles façades, des maisons médiévales aux couleurs pastel comme dans la rue Schönlaterngasse.

Autour de la cathédrale et du Graben…

Nous rejoignons la rue Domgasse, où se trouve un musée sur trois étages dédié au célèbre compositeur Mozart. Il habita un appartement de ce bâtiment de 1784 à 1787.

Sur la place Stock-im-Eisen-Platz, face à la cathédrale, vous ne pourrez pas rater la maison Haas. C’est un bâtiment à l’architecture ultra moderne tout en verre et marbre. Il y a également le très beau palais Equitable construit au XIXème siècle et richement décoré.

C’est à partir de là que commence le Graben. Il s’agit de l’une des rues les plus célèbres du centre-ville avec ses adresses réputées. Elle se termine à l’embranchement entre Kohlmarkt et Tuchlauben. En la parcourant, vous découvrirez la colonne de la peste (Pestsäule) érigée à la fin de l’épidémie qui coûta la vie à des milliers de viennois.

On avance jusqu’à Peterskirche, l’église Saint-Pierre dont la construction actuelle date du XVIIIème siècle. Elle est décrite comme étant « l’une des perles des églises baroques de Vienne » et son intérieur est remarquable !

On se dirige ensuite vers la grande place Am Hof (signifiant « À la cour ») qui paraît bien vide lors de notre visite. Au centre, une colonne où des anges combattent les fléaux représentés par des animaux : la guerre, la peste, la famine et l’hérésie.

On emprunte le passage Ferstel (ou passage Freyung) qui est une galerie commerciale très élégante, avec ses arches, sa petite cour intérieure et sa fontaine. Celle-ci a été construite au sein du palais Ferstel qu’elle traverse et date du XIXème siècle.

Vienne et ses cafés

Vienne est réputée pour sa culture des cafés, celle-ci fait d’ailleurs partie du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO depuis 2011. Il s’agit de lieux où « le temps et l’espace sont consommés, alors que seul le café se trouve sur l’addition ». Un café typique viennois est bien plus qu’un simple lieu où l’on prend un café. Un client peut y passer des heures à lire les journaux mis à disposition, à travailler, à échanger, à écrire, à jouer… Le tout dans un décor typique !

La tradition des cafés viennois remonte à la fin du XVIIème siècle. Tout aurait commencé, si l’on en croit la légende, en 1683, avec l’arrivée du café à Vienne par les Turcs. Ils étaient fréquentés par des intellectuels, artistes, philosophes et hommes politique qui y avaient parfois leur place attitrée. Les Viennois ont ensuite tout mis en œuvre pour atteindre des sommets de raffinement en pâtisserie et confiserie. La cour des Habsbourg ne s’approvisionnait qu’auprès des meilleurs artisans. Une riche tradition pâtissière s’est donc également développée, donnant le jour à des gâteaux de renommée mondiale.

Le café Central

Vienne compte plus de 1000 cafés ! Nous avons choisi un des plus anciens pour nous accorder une petite pause gourmande : le célèbre (et du coup touristique) « café Central« . Il est ouvert depuis 1876 et est situé à l’intérieur du Palais Ferstel.

Nous avons payé 20€ pour nos deux pâtisseries et nos deux boissons chaudes… et le pourboire… En effet, nous nous sommes rendus compte qu’à Vienne, les serveurs se prélèvent eux-mêmes leur pourboire sans demander. Le serveur est donc parti avec notre argent… et n’est jamais revenu ! Mieux vaut donc avoir de la monnaie sur soi.

Mis à part cela, nous avons été charmé par les nombreuses variations de cafés, les pâtisseries confectionnées maison et la musique au piano. Le tout dans une architecture unique !

Autre bonne adresse à tester : « Demel » (Kohlmarkt 14) qui existe depuis 1786. L’endroit faisait craqué l’impératrice Élisabeth avec ses confiseries au XIXème siècle.

La Hofburg

Nous avons continué notre balade en nous dirigeant vers la Hofburg via la rue Herrengasse. C’est un gigantesque palais impérial dont la construction commença au XIIIème siècle. Il fut le siège du pouvoir de la monarchie autrichienne et la résidence de la plupart des dirigeants avec notamment, pendant plus de 600 ans, la dynastie des Habsbourg. Le palais est l’un des plus grands au monde, il compterait 18 bâtiments, une vingtaine de cours et 2600 pièces !

Il accueille aujourd’hui, entre autres, la présidence de la République, la bibliothèque nationale (regardez des photos sur internet, elle est juste ma-gni-fique), l’école d’équitation espagnole, le musée d’histoire naturelle, le musée Sissi et de très riches collections.

Des artistes de rues étaient installés sur la Michaelerplatz pour immortaliser la beauté des lieux, malgré le temps maussade. C’est la plus célèbre place de la ville, du fait de sa proximité avec la Hofburg. Comme lors de nos séjours à Rome et à Prague, j’ai acheté une aquarelle à l’un des artistes présents, regrettant un peu d’avoir raté cette occasion à Budapest. Je pourrais passer des heures à les regarder peindre, je suis toujours très admirative devant leur travail et leur talent !

Pour terminer la journée, nous avons rejoint, au niveau des anciennes écuries impériales, le quartier des musées (Museumsquartier). C’est l’un des plus grands complexes culturels au monde : musées, cafés, espaces de détente, restaurants, parcs… On a également trouvé le « street art passage » où l’artiste français Invader y a laissé sa trace. 

Visite du Belvédère

Le dimanche 24 avril, nous commençons la journée par la visite du Belvédère. C’est le prince Eugène de Savoie qui le commanda pour en faire sa résidence d’été.

On y trouve aujourd’hui des expositions temporaires et la plus grande collection au monde d’œuvres de Gustav Klimt avec la célèbre peinture « Le Baiser », cette huile sur toile recouverte de feuilles d’or. Ne loupez pas la grande salle de marbre, l’endroit est majestueux !

Le Belvédère est l’un des plus grands palais baroques de Vienne. Il se compose de deux châteaux : le Belvédère dit « inférieur » et le Belvédère dit « supérieur ». Ils sont reliés entre eux par un grand jardin à la française avec fontaines, statues et jolies haies. Le jardin baroque compte aujourd’hui parmi les plus beaux d’Europe.

Dans les environs, ne loupez pas (comme nous) la très belle église Saint-Charles-Borromée (Karlskirche) sur la Karlsplatz. Et si vous aimez les marchés, faites un tour au Naschmarkt, lieu de rendez-vous des gourmands. Le midi, nous avons mangé en centre-ville, au restaurant « Primi » (Neuer Markt 10-11) qui est apparemment fermé depuis.

Visite du château de Schönbrunn

L’après-midi direction le château de Schönbrunn, le « Versailles Autrichien » classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le site est touristique, attendez-vous à beaucoup de monde, c’est l’endroit le plus visité d’Autriche. C’est un immanquable lors d’un séjour à Vienne. Nous avons payé 26,60€ les deux entrées pour l’impérial tour, qui ne comprend qu’une partie des pièces ouvertes au public – les tarifs ont augmenté depuis, allez voir le site français – et 8,80€ de métro pour nos deux aller-retour. 

Le château a été bâti à partir de 1696 et a accueilli notamment l’empereur François-Joseph Ier d’Autriche (règne de 1848 à 1916). Il y passa la majeure partie de sa vie et y mourut. Le château a longtemps été la résidence d’été des Habsbourg (la Hofburg étant celle d’hiver). Il y a beaucoup de choses à voir, les lieux sont chargés d’histoire, les salles à la fois splendides et… exubérantes ! Le château de Schönbrunn compte en tout 1441 pièces, dont 45 peuvent être visitées. C’est un voyage dans le temps, qui émerveille et donne envie de ressortir ses livres d’histoire. La visite raconte que Mozart, alors âgé de 6 ans, se produisit dans la salle des glaces du château.

Je regrette un peu le temps maussade ce jour là, le soleil aurait rendu le lieu vraiment féerique (même s’il l’est déjà) et nous aurions mieux profité des lieux car l’extérieur est très beau lui aussi.

Le parc du château

La visite du parc, également inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, est agréable. Les jardins abritent des fontaines, statues, monuments, arbres et plantes. Au loin, en hauteur sur la colline et faisant face au château, se trouve la Gloriette (mot provenant de « gloire »). C’est un portique néoclassique construit en 1775 qui accueille aujourd’hui un café et qui offre un accès (payant) à une terrasse panoramique. On trouve également dans le parc un zoo, un labyrinthe géant, une énorme serre (la serre aux palmiers), d’autres jardins, le musée des carrosses impériaux, etc. Les accès sont payants ou inclus dans certains pass.

Le soir, pour notre dernier repas en Autriche, nous avons choisi le restaurant « Tian Bistro » (Schrankgasse 4) : 27,60€ pour les 2 Fritz-Kola, un tartare et un Gebackener Karfiol (chou-fleur cuit au four).

Mon avis sur Vienne

Le Graben, le quartier des musées, la cathédrale Saint-Étienne et ses tuiles colorées, les cafés/chocolats viennois et les délicieuses pâtisseries qui les accompagnent, la Hofburg, le Belvédère et ses jardins, le château de Schönbrunn, le parc et la Gloriette ainsi que tous les palais et bâtiments, la superbe architecture… Je garde ces belles découvertes en tête malgré un temps mitigé sur place et un court séjour.

Vienne, l’impériale, la capitale de la musique… Assurément une très belle ville, très riche au niveau historique et culturel et qui sait en mettre plein la vue ! Niveau « expérience », vous pouvez tester l’opéra de Vienne (ça doit être quelque chose), accéder à la tour du Danube et son panorama à 360° (la terrasse est située à 155 mètres de haut), aller au Prater (parc d’attraction – fête foraine permanente), prendre un cours de valse (l’école Elmayer une des plus réputée de Vienne), etc…

Le lendemain, nous avons quitté la ville pour rejoindre notre dernière capitale : Brastislava, la capitale slovaque.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.